POSE D’UN STÉRILET OU DIU : VRAI OU FAUX ?

sterilet

Il existe beaucoup d’idées reçues sur la pose d’un DIU (Dispositif Intra Utérin), communément appelé stérilet. Pour vous, Cemag Care fait le point sur le sujet.

La pose d’un stérilet peut être plus ou moins douloureuse selon les fxmmes, selon l’expérience du ou de la praticien·ne et selon la technique utilisée. En effet, la douleur liée à l’acte d’insertion du DIU dépend de plusieurs paramètres comme de la taille et de la forme de l’utérus, de la dilatation du col de l’utérus, de la taille du stérilet ou de la souplesse de l’inserteur. Pendant la pose, ce sont surtout les outils utilisés ou la procédure choisie qui font mal. La douleur peut être accentuée par l’anxiété lors du rendez-vous gynécologique. Des explications de qualité préalablement au geste peuvent aider à mieux supporter ce moment. Il est possible de se faire prescrire un anti-douleur et un antispasmodique à prendre avant et après la pose d’un DIU.

La pose d’un stérilet peut être plus ou moins douloureuse selon les fxmmes, selon l’expérience du ou de la praticien·ne et selon la technique utilisée. En effet, la douleur liée à l’acte d’insertion du DIU dépend de plusieurs paramètres comme de la taille et de la forme de l’utérus, de la dilatation du col de l’utérus, de la taille du stérilet ou de la souplesse de l’inserteur. Pendant la pose, ce sont surtout les outils utilisés ou la procédure choisie qui font mal. La douleur peut être accentuée par l’anxiété lors du rendez-vous gynécologique. Des explications de qualité préalablement au geste peuvent aider à mieux supporter ce moment. Il est possible de se faire prescrire un anti-douleur et un antispasmodique à prendre avant et après la pose d’un DIU.

Pour faciliter le passage du stérilet dans le col de l’utérus, le ou la praticien·ne utilise une pince (pince de Pozzi) pour étirer et maintenir le col de l’utérus. C’est cette partie de la procédure d’insertion qui peut être particulièrement douloureuse.

Pour faciliter le passage du stérilet dans le col de l’utérus, le ou la praticien·ne utilise une pince (pince de Pozzi) pour étirer et maintenir le col de l’utérus. C’est cette partie de la procédure d’insertion qui peut être particulièrement douloureuse.

Au contraire ! Même si, un DIU peut être posé tout au long du cycle, il est recommandé de le poser en fin de règles car le col de l’utérus est plus dilaté. L’insertion du DIU est plus facile et la douleur liée à la pose peut être moindre.

Au contraire ! Même si, un DIU peut être posé tout au long du cycle, il est recommandé de le poser en fin de règles car le col de l’utérus est plus dilaté. L’insertion du DIU est plus facile et la douleur liée à la pose peut être moindre.

Plusieurs contre-indications sont préalablement vérifiées par le ou la praticien·ne à la prescription du DIU. La pose d’un DIU est notamment impossible en cas de grossesse en cours, en cas d’IST (Infection Sexuellement Transmissible) ou d’infection gynécologique en cours. Il est possible de se faire poser un DIU dès la 4ième semaine après un accouchement.

Plusieurs contre-indications sont préalablement vérifiées par le ou la praticien·ne à la prescription du DIU. La pose d’un DIU est notamment impossible en cas de grossesse en cours, en cas d’IST (Infection Sexuellement Transmissible) ou d’infection gynécologique en cours. Il est possible de se faire poser un DIU dès la 4ième semaine après un accouchement.

La pose d’un DIU est possible chez les fxmmes qui n’ont jamais eu d’enfant (nullipares). Il existe différentes tailles de stérilet (longueur entre 2,8 cm et 3,6 cm, largeur entre 2,4 cm et 3,2 cm) ce qui permet d’en poser même chez des personnes qui n’ont jamais accouché par voie basse. En effet, l’accouchement par voie basse dilate davantage le col qu’un accouchement par césarienne et facilite la pose.

La pose d’un DIU est possible chez les fxmmes qui n’ont jamais eu d’enfant (nullipares). Il existe différentes tailles de stérilet (longueur entre 2,8 cm et 3,6 cm, largeur entre 2,4 cm et 3,2 cm) ce qui permet d’en poser même chez des personnes qui n’ont jamais accouché par voie basse. En effet, l’accouchement par voie basse dilate davantage le col qu’un accouchement par césarienne et facilite la pose.

Les médecins généralistes formés, les gynécologues et les sages-femmes sont les trois catégories de professionnels de santé habilités à poser les DIU. Une première visite est nécessaire pour vérifier l’absence de contre-indications à la pose d’un stérilet et choisir le stérilet le plus adapté à la personne. L’insertion du stérilet a lieu lors d’un second rendez-vous.

Les médecins généralistes formés, les gynécologues et les sages-femmes sont les trois catégories de professionnels de santé habilités à poser les DIU. Une première visite est nécessaire pour vérifier l’absence de contre-indications à la pose d’un stérilet et choisir le stérilet le plus adapté à la personne. L’insertion du stérilet a lieu lors d’un second rendez-vous.

La durée d’utilisation du stérilet dépend de son type (en cuivre ou hormonal) et de la gamme du produit. La plupart des DIU se changent tous les 5 ans, d’autres tous les 10 ans et d’autres tous les 3 ans.

La durée d’utilisation du stérilet dépend de son type (en cuivre ou hormonal) et de la gamme du produit. La plupart des DIU se changent tous les 5 ans, d’autres tous les 10 ans et d’autres tous les 3 ans.

Durant les 3 à 6 mois qui suivent la pose d’un DIU en cuivre, les règles peuvent être plus abondantes, plus douloureuses et durer plus longtemps selon les personnes. Cependant, si la gêne est trop importante, il faut consulter. Par contre, avec un DIU hormonal, les règles sont généralement peu abondantes ou absentes du fait de la progestérone qui bloque la maturation de la muqueuse utérine. Néanmoins, des spottings ou des faibles pertes de sang en dehors des règles peuvent être observés.

Durant les 3 à 6 mois qui suivent la pose d’un DIU en cuivre, les règles peuvent être plus abondantes, plus douloureuses et durer plus longtemps selon les personnes. Si la gêne est trop importante, il faut consulter. Par contre, avec un DIU hormonal, les règles sont généralement peu abondantes ou absentes du fait de la progestérone qui bloque la maturation de la muqueuse utérine. Néanmoins, des spottings ou des faibles pertes de sang en dehors des règles peuvent être observés.

En effet, le terme de « stérilet » est en lui-même trompeur, car tellement proche du mot « stérile » ! Cependant, un DIU ne peut pas rendre stérile. Son action contraceptive est complètement réversible lors de son retrait. Néanmoins, une échographie est préconisée pour confirmer que le DIU a été correctement posé ainsi qu’un suivi après les règles suivantes ou 3 à 6 semaines après l’insertion.

Le terme de « stérilet » est en lui-même trompeur, car tellement proche du mot « stérile » ! Un DIU ne peut pas rendre stérile. Son action contraceptive est complètement réversible lors de son retrait. Une échographie est préconisée pour confirmer que le DIU a été correctement posé ainsi qu’un suivi après les règles suivantes ou 3 à 6 semaines après l’insertion.

Sources :
AMELI. Consulté le 25 mai 2021.
HAS. Septembre 2019.